à la Une

Ma présentation

Je m’appelle marine, je suis âgée de 25 ans. Actuellement, je suis au chômage.

Je suis une passionnée de livres depuis toute petite, je suis issue d’une famille où personne ne lit et comme beaucoup de personnes j’ai besoin de partager sur cette passion qui me tient à coeur.

J’ai donc décidé de me lancer dans la création d’un blog.

Je vous souhaite de bonnes lectures et j’espère vous faire découvrir de nouvelles lectures.

Les auteurs qui passeraient sur mon blog et qui seraient intéressés pour que je leur chronique leurs livres, je vous laisse mon adresse mail qui est la suivante: hottin.marine@outlook.fr.

 

Publicités

Festival Interpol’art à Reims (51)

Bonsoir tout le monde,

Ce soir, je vous parle du festival Interpol’art à Reims où j’ai pu m’y rendre puisque pour une fois il se passe quelque chose dans ma région.

 

J’ai fait de belles rencontres surtout qu’il y avait le grand Sire Cedric et d’autres auteurs comme René Manzor… Mais j’y suis allée principalement pour Helen Barenton, Ricardo Salvador, Lou Vernet et il faut le dire aussi pour Sire Cedric car ce n’est pas tous les jours que nous avons l’occasion de le rencontrer. J’ai fait la découverte d’un auteur aussi que je ne connaissais pas, il s’agit de Julien Heylbroeck qui a écrit Malheur aux gagnants (chronique à venir dans peu de temps je pense).

 

Pour faire le point, Helen Barenton est une auteure que j’ai découverte à France Loisirs début juillet et dont j’ai fait une chronique sur Kilomètre 113 sur l’autoroute A4. C’est une femme super agréable avec qui c’est toujours un plaisir de la revoir et j’ai également son autre roman 113 chemin de l’Orme des Bois à lire.

Ricardo Salvador est un auteur que j’ai eu envie de lire à la suite d’une conversation avec Helen Barenton. J’ai lu, il y a peu, Arsenal et vieux dentier dont vous pouvez retrouver aussi ma chronique sur le blog. J’étais donc ravie de le revoir aussi après le salon du livre de Merlieux. Je lui ai donc acheté l’un de ses deux autres livres qui est Comme les oiseaux du même nom.

J’ai également rencontré Lou Vernet que j’ai dans mes amis sur facebook depuis quelques mois et dont j’ai lu La femme-enfant il y a quelques jours et dont j’ai mis la chronique hier soir. C’est quelqu’un de très chaleureuse et de très sympathique. Je lui ai donc acheté deux de ses livres qui sont La toile aux alouettes et Un trop grand silence.

Ensuite, je suis arrivée près de Julien Heylbroeck et son livre Malheur aux gagnants m’a tout de suite attirée par le côté abîmé du livre. On a l’impression qu’il a vécu alors qu’il est neuf et du coup je n’ai pas pu de m’empêcher de lui acheter.

Et pour finir, j’ai été faire dédicacer Avec tes yeux auprès de Sire Cedric qui est très gentil. Je n’ai pas encore lu son livre mais je pense qu’il sera dans mes prochaines lectures aussi.

Je vous souhaite à tous une excellente soirée ainsi que d’agréables lectures.

A bientôt pour de nouvelles lectures.

La femme-enfant de Lou Vernet

Bonsoir tout le monde,

Je viens vous présenter ma chronique sur ce livre dont j’ai rencontré Lou Vernet aujourd’hui au salon Interpol’art à Reims. C’est une personne très humaine et très sympathique avec qui j’ai beaucoup aimé échanger. Mais je vous en parlerai dans un autre article. Je vous parle tout de suite de ce livre.

Extrait:

Pour la première fois ce matin, Luc m’a fait passer un papier « Qu’est-ce que tu connais le mieux de toi que les autres utilisent le plus ? ». J’ai su que ça venait de lui parce qu’après ça, il n’arrêtait pas de me regarder. J’ai haussé les épaules, style « tu m’en poses une colle » et j’ai pensé « foutu monde que le nôtre ». Y en a pas un pour rattraper l’autre. Des mots jetés à la dérive, devinette à deux balles, jeux de pistes pour trouver le trésor. Abattez les arbres, débitez le papier, la misère va parler. Je lui ai quand même répondu par une autre question « Enfermé dans un cercueil, le tête en bas, je parle toutes les langues. Qui suis-je ? ».
Une seconde amitié était née !
César lui, il a trouvé tout de suite. Il est sagace. Quand à Tibo, c’était le week-end, il avait une perm’ exceptionnelle.
Pas dit pourquoi. On attend qu’il revienne.

la femme-enfant

Mon avis:

Au premier abord, la couverture ne m’attire pas mais j’ai décidé de lire ce livre pour une première découverte et je n’ai pas été déçue.

L’écriture travaillée et fluide fait que j’ai été prise dedans tout de suite, c’est quelque chose que j’apprécie de plus en plus lors de mes lectures.

Dans ce livre, nous faisons la connaissance d’une femme qui se trouve dans une clinique psychiatrique où elle fait la connaissance de Tibo, César et Luc suite à une tentative de suicide. J’ai trouvé que tous les personnages étaient attachants car ils sont différents des personnes « normales ». Ce livre nous montre une facette du monde que nous ne connaissons pas spécialement et dans ce cas précis l’auteure sait de quoi elle parle pour avoir travaillé dans le milieu.

L’écriture est tellement plaisante que dès le début de ma lecture j’ai eu l’impression d’avoir cette femme qui me racontait son histoire ainsi que celle de ses compagnons de « galères ». Cette impression est très rare et ça m’a beaucoup plu.

Ce roman peut toucher tout le monde je pense car je me dis que chaque personne a ses blessures qui sont plus ou moins présentes. Moi la première mais je n’en dirai pas plus mais certaines actions peuvent devenir destructrices et pousser à un moment donné à l’irréparable.

Vers la fin, je n’ai pas saisi une partie mais suite à ma discussion avec l’auteure j’ai compris certaines choses et m’ont permis de mieux comprendre cette fin.

Pour conclure, je dirai que j’ai beaucoup aimé cette lecture car l’écriture est très plaisante et que les personnages sont très bien travaillés à tel point qu’on s’y attache réellement et qu’on souhaite qu’ils s’en sortent d’autant plus que la fin est assez surprenante. Ce livre a été lu en un peu plus de deux heures mais il est cependant très profond malgré le temps de lecture très court ainsi que la noirceur qui s’en dégage reste très humain.

Lien vers ce livre.

Je vous souhaite une excellente fin de soirée ainsi que d’agréables lectures.

A bientôt pour de nouvelles chroniques.

Arsenal et vieux dentiers de Ricardo Salvador

Bonsoir tout le monde,

Ce soir, je vous présente ma dernière lecture qui est Arsenal et vieux dentiers de Ricardo Salvador. J’ai eu l’occasion de découvrir cet auteur par le biais d’Helen Barenton dont j’ai lu l’un de ses deux romans aussi et dont vous retrouverez la chronique dans la catégorie thriller. J’ai eu aussi la chance de rencontrer Ricardo lors du salon du livre à Merlieux (02) et je le revois ce week-end lors du salon Interpol’art à Reims (51). Je tiens donc à remercier très chaleureusement Helen de m’avoir fait découvrir un auteur que je ne connaissais pas. Cela m’a donné envie de découvrir l’autre roman de Ricardo. Je vous en parle tout de suite car je ne tiens plus.

Résumé:

À 70 ans, Hortense Petitpeu travaille comme femme de ménage pour arrondir ses fins de mois. Lorsque l’imposant directeur Lecroc lui demande de nettoyer son bureau, sa vie bascule : elle vide la mauvaise poubelle et y trouve un revolver ainsi qu’une liasse de billets. La sage Hortense nourrit alors une obsession : rapporter l’argent et l’arme en douce. Mais à force de gaffes, sa situation empire. Elle met bientôt la main sur un million d’euros. Avec Katia Pabo-Kou, une amie, elle découvre à ses dépens ce qu’est la malhonnêteté, domaine où excelle Lecroc. Lui n’a qu’une idée, retrouver sa cagnotte envolée. Il lance donc Augustin, un gaillard pas très futé, sur les traces des deux copines, déjà parties à Étretat pour dépenser le magot. Luxe, calme et danger.

arsenal et vieux dentiers

 

Mon avis:

Certains d’entre vous penseront que la couverture n’est pas très attirante, je vous l’accorde mais le titre nous invite à vouloir découvrir cette histoire qui donne le ton d’entrée. J’ai lu ce livre en deux jours tellement j’ai été happée tant par l’écriture que par le burlesque de cette histoire où l’on y découvre Hortense, une mamie, qui va faire le ménage dans les bureaux d’un casino et va découvrir un million d’euros. Son amie, Katia, veut profiter de cet argent et elles décident donc de partir pour Etretat mais le malfaiteur va vite s’apercevoir qu’il manque ce million d’euros et va tout faire pour les retrouver mais c’est sans compter sur son équipe de bras cassés qui font tout de travers.

Tout dans ce livre est drôle, tant par le nom des personnages que par leur personnalité. Je me suis prise à rire à plusieurs fois car il y a vraiment des scènes cocasses. Hortense et Katia sont deux gentilles mamies comme on les aime et on ne peut s’empêcher de s’attacher à elles et de voir en elles nos grands-mères. Un autre personnage m’a également touché, il s’agit d’Augustin qui est une brute sanguinaire mais qui, au fil du roman, va découvrir de nouvelles facettes de lui et il devient touchant.

L’écriture est travaillée et très fluide. Je ne me suis pas rendue compte que je lisais ce livre rapidement et quand je suis arrivée à la fin j’en redemandais encore. Je n’étais encore jamais tombée sur un policier déjanté et cela me plaît beaucoup car ça permet de rire tout en ayant quand même le côté policier où on se demande ce qui va arriver aux deux mamies parties en virée avec un million d’euros. D’autant plus que ce livre peut convenir à tout le monde car comme je l’ai dit il y a quand même une part de suspens, d’humour mais il n’y a pas de gore.

Pour conclure, je dirai que ce livre est une belle découverte pour moi et que je pense suivre cet auteur de très près. Je vous invite très fortement à le découvrir car je pense que vous ne serez pas déçus par son style qui, pour le coup, change de l’ordinaire et de temps en temps ce genre de lecture fait du bien au moral. Il est d’ailleurs pas très épais, il fait 212 pages donc ça se lit vraiment très vite. Je n’ai qu’une hâte c’est de me procurer les autres romans de cet auteur et de vous en reparler.

Lien vers ce livre.

Je vous souhaite une excellente fin de soirée et d’agréables lectures.

A bientôt pour de nouvelles chroniques.

Le voyage d’une seconde de Kiahara Nour

Bonjour tout le monde,

Je vous présente aujourd’hui mon avis sur Le voyage d’une seconde que l’auteure m’a gentiment envoyé en service presse et je la remercie énormément pour ce geste. Je suis, cependant, désolée de ne pas l’avoir lu plus tôt.

J’ai accepté de lire ce livre car la couverture m’a intriguée ainsi que le résumé. Je vous en parle tout de suite.

Résumé:

Paraplégique depuis un an, Georges est sur le point de décéder dans son lit auprès de sa femme Catherine et sa petite fille, Edna. Après quatre-vingts années de vie, il le sait, c’est maintenant qu’il va la quitter. Pourtant, après avoir fermé les yeux, il se retrouve quelques instants plus tard dans son salon, confortablement assis dans son fauteuil. Et le plus étonnant… C’est qu’il a retrouvé l’usage de ses jambes !

S’ensuit alors un long voyage à travers le temps, à travers sa mémoire, et à travers des bonds dans le passé qu’il ne contrôle pas. Là où d’autres personnes profiteraient de ce phénomène pour assouvir des fantasmes illégaux, Georges, lui, sait très bien à quoi il va dédier sa nouvelle vie. Retrouver le Fugace. Le célèbre tueur en série qui a assassiné sa fille, Tyana, en 1988 et qui ne cesse de sévir encore aujourd’hui.

Au-delà des vérités douloureuses qu’il s’apprête à découvrir et des rencontres fortuites, Georges fera une bien triste constatation. Vivre à l’envers implique de retrouver certains êtres chers, mais aussi… D’en dire adieu à d’autres. S’est-il préparé ?

le voyage d'une seconde

Mon avis:

J’ai trouvé que ce thriller était très original par son histoire où on rencontre Georges qui va bientôt décéder l’âge de 80 ans. Il va donc vouloir trouver le meurtrier de sa fille qui est décédée dans les années 80 mais ce qui fait l’originalité c’est le fait que Georges va revivre plusieurs périodes de sa vie…

Je me suis retrouvé prise dans cette histoire dès les premières pages et j’ai trouvé que Georges était quelqu’un de très attachant et touchant. Le fait qu’il cherche le meurtrier de sa fille nous permet de mieux nous identifier à lui car je pense que tout parent qui aime ses enfants qui se retrouve à sa place ferait tout pour retrouver le meurtrier.

Ce livre est un thriller mais pas que… Il nous permet de se remettre en question sur notre vie à n’importe quel moment mais dans ce cadre plus précisément en fin de vie. Je pense que nous vivons tous avec des remords et des regrets mais au lieu de regarder vers ce passé qui demeurera à jamais inchangé nous devons nous tourner vers l’avenir et non vers le passé car ce que nous avons vécu nous servira d’expérience dans la vie dans un futur plus ou moins proche.

La plume de ce thriller est fluide malgré quelques fautes d’orthographe qui persistent tout au long du roman mais cela n’enlève rien au plaisir de le lire.

Il n’y a que 174 pages mais j’ai mis pratiquement une semaine pour le lire car je voulais le savourer malgré l’envie de savoir qui avait tué la fille de Georges.

Pour conclure, je dirai aux amoureux de thrillers de foncer car ce livre vaut vraiment le coup au niveau de l’originalité et qu’il faut savoir faire abstraction des fautes et d’être indulgent car c’est son premier roman. Premier roman comme je le disais et qui est selon moi très prometteur et j’espère sincèrement que l’auteure nous donnera très vite l’occasion de lire un autre roman.

Lien vers ce livre.

Je vous souhaite une excellente fin de journée et d’agréables lectures.

A bientôt pour de nouvelles chroniques.

 

Ad vitam aeternam, tome 2 de Farah Anah

Bonjour tout le monde,

Me revoilà aujourd’hui avec le deuxième tome de Ad vitam aeternam que la maison d’édition Black Ink a eu la gentillesse et la confiance de m’envoyer. Je suis impatiente de vous parler de ce livre car contrairement au premier qui ne m’avait pas plus emballée que cela à part sur la fin, celui-ci m’a beaucoup plu.

Résumé:

Chan a fait voler ses barrières en éclats.

Après un odieux chantage elle se retrouve face à des émotions exacerbées et déchaînées. Perdue entre passion et mensonges, elle va devoir faire des choix en découvrant le vrai visage de ceux qui l’entourent.

Plus mystérieux que jamais, Noah va l’entraîner malgré lui outre-Atlantique où elle va découvrir une partie des secrets du boxeur.

Entre son désir toujours plus puissant pour lui et les derniers remparts de son couple, comment va-t-elle prendre sa vie en main ?

Obtiendra-t-elle les réponses dans les tourments qui rattrapent Noah depuis son passé tumultueux ?

Des révélations bouleversantes et l’arrivée de nouveaux personnages pourraient changer le cours de l’histoire.

ad vitam aeternam2

Mon avis:

Dans ce tome, nous retrouvons Chan et Noah mais nous rencontrons de nouveaux personnages tels que Louise, l’ex de Noah, et Ryan son meilleur ami.

Ce tome nous emmène à New-York où Noah sera confronté à de nouvelles révélations qui vont une fois de plus le bouleverser et qui va laisser encore des doutes dans la tête de Chan.

Noah est le genre à souffler le chaud et le froid et on ne sait pas sur quel pied danser. Un coup, on a envie de le baffer et la minute qui suit il nous émoustille. J’ai donc eu par moment envie de m’attacher à lui mais à d’autres j’ai eu envie de le baffer tellement ce qu’il fait subir à Chan est cruel.

Chan est quelqu’un qui pourrait facilement devenir l’amie de tout le monde tellement elle est gentille, douce, très altruiste et on retrouve une fois de plus toutes ces qualités dans ce deuxième tome et c’est ce que j’apprécie chez elle. Dans ce tome, elle va découvrir qu’en fin de compte elle n’est pas si bien entourée que ça au niveau de sa famille et va tout remettre en doute tout comme certaines de ses amitiés.

Quant aux nouveaux personnages, Ryan est le genre de gars qu’on apprécie tellement il est gentil mais comme dit le dicton « Gentil n’a qu’un oeil »… Et on s’aperçoit très vite qu’il joue un jeu mais je n’en dis pas plus pour que vous ayez envie de découvrir cette trilogie. Louise, quant à elle, je n’ai pas pu la sentir et ce dès son apparition. Elle m’a énervée avec son arrogance et ses non-dits.

Le style d’écriture de l’auteure est très fluide, j’adore l’univers dans lequel elle nous envoie car l’univers de la boxe n’est pas souvent abordé et pourtant moi qui ne suis pas une violente j’adore littéralement cette trilogie pour ça car ça rend encore plus sexy Noah. Elle sait également laisser place au suspense pour qu’on se pose certaines questions ce qui nous amène à ne plus lâcher le livre avant la fin.

Pour conclure, je dirai que ça y est je suis enfin accro à cette trilogie et j’ai d’ailleurs qu’une hâte…Me plonger dans le dernier tome même si je pense que je serais triste de quitter ces personnages qui sont bouleversants et très touchants. L’auteure a su me faire entrer dans l’histoire grâce à ce deuxième tome. Je conseille fortement cette trilogie aux amatrices et amateurs de ce genre car on passe par tout un tas d’émotions et d’excitations.

Lien vers ce livre.

Je vous souhaite une bonne journée et d’agréables lectures.

A bientôt pour de nouvelles chroniques.

Bilan livresque du mois de septembre

Bilan

Bonjour tout le monde,

Un mois de plus terminé et donc le bilan livresque s’impose mais avant je vais vous parler de mes lectures en cours. Oui, vous avez bien lu MES lectures en cours, ce qui est relativement rare chez moi mais là j’en avais besoin. Je suis donc dans le tome 2 de Ad vitam aeternam de Farah Anah (il me reste un peu plus de 100 pages à lire donc chronique à venir très vite), Ca de Stephen King mais là j’avoue avoir du mal mais puisque j’ai le tome 2 dans ma pal il va me falloir me faire violence pour le finir et Orange tome 4 de Ichigo Takano que j’aime beaucoup (manga).

Maintenant place à mon bilan livresque de septembre qui se compose de 7 lectures dont 3 romans (1 coup de coeur) et 4 mangas (deux séries coup de coeur).

Je ne vous fais pas patienter plus longtemps.

Le gang des rêves de Luca Di Fulvio.

Orange tome 1 de Ichigo Takano.

Coeur de hérisson tome 4 de Nao Hinachi.

Un funambule sur le sable de Gilles Marchand.

Orange tome 2 de Ichigo Takano.

Virus de Nicolas Bastin.

Orange tome 3 de Ichigo Takano.

Mes coups de coeur sont donc:

Un funambule sur le sable de Gilles Marchand (chronique à voir sur le blog) car ce livre a fait écho avec mon histoire et que j’adore vraiment l’écriture de l’auteur.

Coeur de hérisson de Nao Hinachi car c’est mon premier vrai manga que j’ai découvert et j’adore vraiment cette histoire d’amour entre les deux protagonistes.

Orange de Ichigo Takano, comme vous avez pu le constater dans mon bilan j’en suis au tome 4 et j’aime vraiment beaucoup l’univers qui s’en dégage sur les regrets que l’on peut avoir face à certaines situations que nous pouvons vivre au quotidien. Je n’ai simplement pas fait de chroniques pour les tomes 2 et 3 tout simplement pour pas spolier l’histoire mais je vous invite vivement à lire ce manga.

Voilà pour ce mois de septembre où je n’ai pas lu énormément mais qui m’a apporté de bonnes lectures une fois de plus. Et vous, qu’avez-vous lu ? Avez-vous eu des coups de coeur ?

Je  vous souhaite à tous un excellent dimanche et d’agréables lectures et vous dis à très vite pour une nouvelle chronique livresque.

 

Virus, expérimentation de Nicolas Bastin

Bonsoir tout le monde,

Me revoilà ce soir avec un petit roman bien noir de Nicolas Bastin. Ce livre est classé dans le thriller fantastique. J’ai découvert cet auteur dans un groupe sur facebook et si ma mémoire est bonne il s’agit du « club de mordus de lectures ». Je vous laisse mon avis comme toujours mais avant place à une interview dont l’auteur a bien voulu se prêter au jeu et je le remercie encore une fois.

L’interview:

1) Bonjour Nicolas, peux-tu te présenter en quelques mots s’il te plaît ?
Avec plaisir ! Mon prénom est, comme tu le dis, Nicolas. Pas de pseudo, tout est naturel ! Plus sérieusement, je suis un jeune belge fan de parcs d’attractions. Actuellement, je suis accueillant extra-scolaire. J’adore ce métier car en plus de mon imagination, je peux avoir recours à celle des enfants qui est tellement mieux !

 

2) Que lisais-tu quand tu étais enfant et adolescent ? Et quelles sont tes lectures actuelles ?
Alors, quand j’étais petit, je me souviens avoir lu toute la collection «  J’aime Lire » sur la moquette d’une des pièces de ma grand-mère. Ensuite, vient la période de l’adolescence et … Aïe ! Les livres scolaires font leur apparition. Alors là, je dois avouer que c’était une période où le plaisir de lire m’a quitté jusqu’à ma dernière année. Là, j’ai pu découvrir des romans belges et j’ai adoré – il faut bien être chauvin (rire) – Ensuite, lorsque j’ai écrit mon propre livre, j’ai mis la lecture de côté. Mais maintenant, je mis suis remis ! Mes lectures actuelles sont des livres fantastiques, univers steampunk et les biographies.

 

3) Depuis combien de temps écris-tu ?

Depuis que je sais écrire, je me rappelle avoir toujours eu un morceau de papier et un crayon. Pour la petite anecdote, lors d’une fouille dans les armoires de grand-mère, je suis tombé sur une feuille A4 jaunie par le temps où j’avais écrit une petite histoire mettant en scène mes peluches.

 

4) Qu’est ce qui t’a poussé à écrire un livre ?
J’avais beaucoup trop d’idée dans ma tête pour les résumer. Avec le poussant de mon entourage, j’ai tout mis sur papier et là, la machine s’est enclenchée et elle ne sait plus jamais arrêtée !

 

5) Quelles difficultés as-tu rencontrées pendant l’écriture de ton livre ?
Alors là, je dirais de rester fidèle à nos idées de départ. Au fur et à mesure que j’écris, je me dis que si je change telle chose, ça pourrait être mieux ou que les conséquences seraient plus croustillantes. Et puis, je me dis que si j’ai écrit mon idée de départ, c’est qu’il y a une raison et donc je veux m’y accrocher.

6) Combien de temps as-tu mis à écrire ton roman ?
Le texte en lui-même m’a pris entre deux et trois mois. Ensuite, s’en suit les corrections, les relectures, la mise en page et là, il faut compter une demi-année voir un peu plus selon le degré de perfection que l’on veut !

 

7) Pourquoi avoir eu envie de publier ?
Alors là, je dois avouer que c’est la seule chose égoïste que j’ai faite jusqu’à présent de ma vie. Quand tu fais un gros projet comme celui-ci, tu n’as envie que d’une chose : être reconnu ! Et là, j’ai voulu avoir mon petit bébé dans les mains et le montrer à tout le monde. Attention, je tiens à préciser que je ne suis pas avide de popularité ou d’argent, mais je dois avouer que c’est plaisant quand quelqu’un s’intéresse à votre travail. Pas vous ?

 

8) As-tu rencontré des difficultés à trouver une maison d’édition ?
Non pas du tout, j’ai envoyé le mail et ça a plu directement.

 

9) As-tu une autre idée de roman en tête ?
Oui. La suite de Virus, bien que j’ai des difficultés à l’écrire pour raisons personnelles, est en cours d’écriture. Ensuite, j’ai une idée d’une histoire dans le style fantastique, mais un peu moins thriller. Plus drôle et où l’on pourra voyager à cause (ou grâce) d’une baguette magique en cristal…

 

10) Un dernier mot avant de se quitter ?
Tout simplement MERCI ! Merci à tous les lecteurs, les bloggeurs qui nous suivent et nous encouragent à faisant la promotion de nos bouquins en partageant leurs avis.

Merci à toi d’avoir bien voulu te dévoiler =) et maintenant place à mon avis…sanglant ah ah ah

Résumé:

Russie, 18ème siècle, Igor rentre à l’université pour étudier le domaine des sciences. C’est lors de cette première journée qu’il rencontre Anna, une fille pauvre, maltraitée par sa mère. En rentrant chez lui, il annonce qu’il s’est fait une « amie » mais son père ne le voit pas d’un bon oeil… Igor fugue et va se réfugier dans son école. A ce moment-là, il est loin de s’imaginer que cette fuite va changer sa vie…

Bierges, 21ème siècle, Grégoire entend un spot publicitaire annonçant l’évènement Halloween à Walibi Belgium. Matthias et Alice, les jumeaux de Grégoire, veulent impérativement s’y rendre. Lorsqu’ils sont au parc, la propriétaire du cirque de monstres ne semble pas inconnue à Grégoire. Est-ce une simple sensation de déjà-vu avec le visage de la pub ou est-ce autre chose ?

Virus-experimentation

Mon avis:

Tout d’abord ce qui m’a donné envie de lire ce livre est la couverture qui m’a tout de suite plu alors que ce n’est pas du tout mon genre de lecture et au final… J’ai été happée dans cette histoire très courte mais qui est très efficace. Ce livre ne fait que 134 pages donc c’est pour vous dire à quel point il se lit très vite et le suspense est bien présent également. Tout ce qu’il faut pour passer un bon moment, enfin ce fut mon cas.

Tout se passe à deux époques différentes et cela ne m’a pas dérangé même s’il m’est arrivé à plusieurs moments de me demander où voulait nous emmener l’auteur et on comprend vers la fin le pourquoi du comment. L’auteur sait tenir le lecteur en haleine et il ne m’a pas fallu longtemps pour le terminer et j’en redemande encore.

Ce qui m’a cependant un peu chiffonné c’est le fait qu’il ne fasse que 134 pages et que du coup j’ai trouvé que c’était trop court. J’aurais aimé un peu plus de pages pour faire durer le suspense et un peu plus de gore… Oui, je sais… A la base ce n’est pas ma tasse de thé mais là je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus sanglant de par la couverture.

Les personnages qui m’ont le plus plu sont Igor et Anna mais le fait qu’une fois encore ce soit court ne nous laisse pas le temps de s’attacher aux personnages et j’ai trouvé que ça manquait un peu de profondeur notamment dans le comportement de Mélanie… Et c’est bien dommage car le fait que l’intrigue se déroule dans un parc d’attraction que d’ailleurs tout le monde connait au moins de nom j’ai trouvé ça génial.

Pour conclure, je dirai que ce fut une bonne lecture de par son intrigue et que je n’ai pas pu le lâcher avant la fin mais que c’était trop court mais j’en redemande quand même juste pour connaître la suite des aventures d’Igor et d’Anna.

Je vous souhaite à tous une excellente fin de soirée et d’agréables lectures.

A bientôt pour de nouvelles chroniques.